Ma première croisière à la voile pour découvrir «enfin» les Scilly

« Depuis le temps que j’entends parler des Iles Scilly, je vais enfin voir à quoi ça ressemble ! »

L'archipel des Iles ScillyJe n’ai pas navigué depuis pas mal de temps et il m’a fallu un peu de temps pour retrouver tous mes cirés, mes bottes et mes polaires, mais ça y est ! Je suis prête pour ma première croisière aux SCILLY. Je ne suis plus très amarinée et j’appréhende un peu cette traversée de Manche. Je suis plus habituée à la navigation en Baie de Morlaix, aux parcours de régates du Spi Ouest France ou du Tresco Trophée, mais là j’embarque à bord de Lord Jim pour une semaine de croisière.
Dimanche 7 Mai 2017
L’équipage au complet, Martine, David, Philippe, Stéphane, Thierry et moi-même retrouvons Yann à bord pour un petit déjeuner et prendre le temps de faire connaissance avant de larguer les amarres. Premiers bords dans la Rade de BrestSortie du port du Moulin Blanc dans la pétole. Yann nous propose une étape dans l’anse du Caro pour déjeuner, histoire d’attendre que le vent s’établisse. Dans les petits airs de la Rade de Brest on fait route vers la Cormorandière. La vitesse de ce voilier conçu pour la croisière, est surprenante dans le petit temps. Après le passage devant le phare du Petit Minou, le vent de Nord-Ouest se lève.  On entre dans l’Archipel de Molène par le sud de l’île de Béniguet. Lord Jim mouille à l’abri du vent, juste au sud de l’île de Quémenez. Le champagne est au frais… on attend 20H pour faire sauter le bouchon… Dimanche 7 mai, il est 20H, ça y est, c’est le bon moment pour faire sauter le bouchon en ce début de croisière.

Lundi 8 mai
Le vent est complètement tombé en fin de nuit. Le bateau est totalement immobile et l’on n’entend aucun clapotis. 10h l’équipage se prépare pour débarquer à Quémenez où nous sommes attendus.

L’armada (1 annexe et 2 paddles) se met en route sur un véritable lac sous un ciel bleu éclatant. Soizic et David nous accueillent pour la visite de la ferme de l’île de Quéménez. La Ferme de QuemenesIls y vivent depuis 2006. Le Conservatoire du Littoral, qui est propriétaire de l’île, les a chargés de faire vivre une exploitation agricole et d’entretenir le site. Leur travail s’organise autour de la culture de délicieuses pommes de terre, du fonctionnement des chambres d’hôtes, de l’élevage de moutons noirs et de la récolte d’algues. Soizic escortée de Gaston et Fernand (les deux cochons noirs de l’île) nous présente leur installation de production d’énergies renouvelables (solaire et éolien) et leur système d’approvisionnement et de traitement de l’eau.

Retour à bord après cette visite vraiment sympa. Les laminaires ondulent dans le courant. La brume hésite à tout envahir, le vent commence à se lever et le courant est avec nous. 13h, c’est l’appareillage, passage de la Chimère puis cap au 330°. On passe devant le Stiff et rapidement on voit Ouessant disparaitre derrière nous. C’est parti pour les 100 milles de ma première traversée de La Manche à la voile. On a un vent d’Est entre 15 et 20 nœuds. Le rythme s’installe à bord sur ce bord vent de travers, un peu « agité ». Je suis dans le premier quart de 20h à 22h, et je remets ça de 2h à 4h pour l’arrivée. Après 14 heures de traversée on embouque le chenal Mary Sound à 3h du matin sous la pleine lune. L’ambiance est vraiment magique, la lueur est suffisante pour apercevoir la houle d’Est qui brise sur la pointe de Peninnis toute proche.

Mardi 9 mai
On laisse Lord Jim au coffre dans le port de St Mary et on met pieds à terre. Les « copieuses » 5 minutes de la douche des sanitaires sont un régal. Nous sommes prêts pour attaquer l’English Breakfast avant de nous balader à St. Mary’s. Visite du magasin Ratbags Canvas Shop, où les couturiers travaillent pratiquement avec “les pieds dans l’eau”…

L’équipage de Lord Jim au complet part se dégourdir les jambes vers Old Town Bay, avec une pose sieste à l’abri du vent. On termine la balade par un crochet vers ce voilier tout neuf échoué sur les rochers au fond du port de St Mary au moment de la Coupe du Monde des Gigs. C’est d’ailleurs à cause de ce coup de vent de fin avril, que Lord Jim n’a pas pu être présent comme prévu à ce championnat. Dommage car le spectacle devait être magnifique avec 142 équipages féminins et 140 équipages masculins. Fin de la balade avec un arrêt à l’Atlantic Pub pour une pinte largement méritée.

Mercredi 10 mai
Départ le matin sous solent vers Tresco. Nous rejoignons ce beau mouillage juste sous le Cromwell Castle. Le cadre est encore plus beau que sur les photos, et en plus, on y est, pour de vrai  Superbe. Débarquement les pieds dans l’eau et pantalons retroussés pour un tour de Tresco à pieds. Le temps de récupéré une de mes chaussettes chipée par un petit roquet et on part visiter le jardin botanique de l’abbaye de Tresco. La balade vaut vraiment le coup d’œil. Ce jardin, qui a inspiré le jardin exotique de Roscoff, est vraiment vaste et particulièrement riche. La pelouse du Musée e Valhalla est également très confortable pour pique-niquer sous le regard des figures de proue.

Le sentier côtier nous mène au NE de l’île vers Old Grimsby. Les couleurs sont incroyables entre le violet des Rhododendrons sauvages et le turquoise des fonds de sable façon Mer du sud. Le tour de Tresco se termine par la visite du King Charles’ Castle et de la tour Cromwell qui protège désormais ce paisible mouillage.

Lors de notre passage au New Inn pub de Tresco on apprend que « ladies’ gig race » a lieu ce soir, le départ sera donné entre Tresco et Samson. Impossible de rater ça. 20H nous voyons quatre gigs se regrouper avec une demi-douzaine de vedettes de supporters. Les rameuses sont pour certaines en débardeur, moi j’ai mon blouson sur le dos. La tension monte les gigs s’alignent et c’est parti. Nous sommes seul voilier à les supporter. On est sous grand-voile et génois et on doit filer à sept nœuds pour réussir à suivre les filles au départ. On n’a pas vraiment de favori alors on supporte tout le monde dans une ambiance de tribune de stade de foot. La course jusqu’au quai du port de St mary fait un peu plus d’un mille nautique, qu’elles avalent à 6 nœuds de moyenne. Chapeau ! Czar de couleur rouge, le gig de Tresco fini détaché en tête suivi par la coque bleue de Shah du club de St Mary.

The ladies’ gig race

Jeudi 11 mai
Nous partageons le mouillage entre Samson et Bryher avec les 2 PILOT CUTTER  « Amelie Rose » et « Agnes ». Deux superbes répliques des pilotes de Falmouth construites par Luke Powell. Mouillage entre Samson et BryherOn assiste à leur appareillage à la voile, avec l’envoi de la grand-voile et l’ancre virée à la main, le tout rythmé par les cliquetis du guideau et les chants. Un beau spectacle. "Agnes" Pilotes de FalmouthC’est l’heure aussi pour nous de quitter les Scilly pour remettre le cap sur la Bretagne. Ces quelques jours sont passés vraiment vite. On profite du calme et de l’absence de houle pour quitter l’archipel par les Western Rocks. Le lieu est impressionnant, on est vraiment content d’être à cet endroit-là par temps calme… Les phoques ont été discrets pendant cette semaine, mais on les trouve enfin. Nous passons à côté de l’île de Rosevear, où on aperçoit encore les ruines de l’abri qui servait aux hommes qui ont construit le phare de Bishop Rocks. On ne quitte pas non plus les Scilly sans gouter au Lieu local pêché par David. Les toasts « Lieu et TSUKUDANI » (le confit d’algue Kombu de Bord à Bord), ont un gout de trop peu. Va falloir revenir !

Cap au 160° retour plus cool vers Brest avec 10 à 15 nds de vent de SW. Les derniers quarts se font sous la pluie et la grisaille, mais on retrouve un grand soleil pour une courte étape à Camaret. Au menu du dernier déjeuner à bord, saucisses de Molène aux algues de Quémenez, et une entrée sous spi dans la rade pour digérer avec quelques empannages dans le goulet.

Cette semaine est passée très vite, on a eu trois jours de grand soleil pour découvrir les Scilly, qui ont des airs de Bretagne en « So Cornish ». La vie à bord était très agréable et a été l’occasion de belles rencontres. Une semaine de navigation ça passe vite mais quelle déconnexion complète et rapide.
Isabelle