Naviguer à la voile dans la Baie de Bantry à bord de Lord Jim

Croisiere baie de BantryLes côtes Sud-ouest d’Irlande font parties des destinations de croisières que Lord Jim fréquente depuis de nombreuses années. Nos croisières à la voile en Irlande sont organisées sur deux semaines de navigation. Il faut prévoir environ trois jours de navigation au départ de Brest pour atteindre l’Irlande. Sur cette côte sud-ouest d’Irlande, le programme de navigation de Lord Jim consiste en un cabotage d’îles en îles, au cœur des baies profondes et le long d’un littoral sauvage et authentique. Kenmare, Skellig, Blasket, Dingle, les Iles d’Aran Croisiere dans Bantry Baytous ces noms font rêver les marins et évoquent autant de lieux étonnants par la beauté des paysages, la richesse de la faune et leur histoire. La baie de Bantry fait partie de ces endroits magnifiques où Lord Jim aime venir mouiller, en espérant croiser la route d’une yole de Bantry, qui nous rappelle que ce site a depuis bien longtemps des attaches avec le port de Brest…

La Baie de Bantry une escale incontournable en Irlande

carte Baie de BantryLa Baie de Bantry est un site particulièrement intéressant pour naviguer à la voile. Cette baie profonde du comté de Cork marque la séparation entre la côte ouest et la côte sud de l’Irlande. La baie de Bantry, large de 5 milles et ouverte au sud-ouest, s’enfonce sur une vingtaine de milles nautiques entre la péninsule de Beara au Nord et la péninsule de Sheep’s Head au sud. C’est l’une des baies d’Irlande du Sud-ouest, entrant le plus profondément dans les terres. Autres particularités de la Baie de Bantry, elle compte de nombreuses iles, dont les deux principales sont Bere Island et Whiddy Island. Bere Island se trouve à l’entrée de la baie, et l’on ne rate pas une occasion de faire escale à Lawrence Cove Marina. Lord Jim aime bien naviguer « Loin des marinas » mais cette petite marina privée, où l’accueil est très chaleureux, vaut vraiment le détour. Le passage de Bearhaven entre l’ile et le port de Castletownbere, ainsi que l’anse de Dunboy, offrent en plus de beaux mouillages sauvages bien abrités. Sur Bere Island, la balade à pied jusqu’au sommet de l’ile offre une belle vue sur la baie, et le pub de l’île est particulièrement sympa et souvent animé par des musiciens. L’île de Whiddy Island se situe dans le fond de la baie en face du port de Bantry, sur la route on croise le phare de Roancarrigmore.

phare de Roancarrigmore
En poussant la navigation tout au fond de la Baie de Bantry, on découvre le port de Glengarriff caché derrière l’île de Garinish. Le mouillage de Glengarriff vaut vraiment le détour car le paysage y est superbe : un entrelacs d’ilots et de criques bordées de forêts et de landes, avec les façades colorées de Glengarriff en fond de baie.

On profite de cette escale pour visiter l’île de Garinish où se trouve un très beau jardin exotique. Les équipages de Lord Jim connaissent bien le Jardin de Tresco dans l’archipel des Scilly, mis celui de Garinish est également à visiter. L’île de Garinish est surnommée « l’île-jardin ». Les plantes exotiques, le temple d’inspiration grecque et les aménagements à l’italienne, finissent par nous déboussoler et nous faire oublier que nous sommes bien en Irlande.

Une yole française du XVIII abandonnée en pleine tempête

La ville de Bantry qui donne son nom à cette baie est aussi associée à celui d’une yole, dont l’histoire nous ramène au port de Brest en 1796… A cette époque la jeune république française décide d’apporter son soutien aux irlandais pro-républicains qui tentent de se libérer de la couronne anglaise. En décembre 1796, Le général Hoche monte une expédition qui doit débarquer en Baie de Bantry, haut lieu de la rébellion irlandaise contre les britanniques. 42 navires, 15 000 hommes quittent la rade pour les côtes d’Irlande, mais la météo du mois de Décembre et les coups de vent en Mer d’Irlande sèment la pagaille. La flotte n’arrive pas à se regrouper dans la Baie de Bantry et plusieurs vaisseaux, dont celui du général Hoche, manquent à l’appel. On a dit que la baie de Bantry était ouverte au Sud-ouest. La houle d’Ouest y entre donc facilement et empêche tout débarquement des troupes. Au sein de cette flotte, l’Amiral Nielly commande la frégate La Résolue.
Yole La RésolueLe 22 décembre à la suite d’un abordage accidentel avec un autre vaisseau français, Le Redoutable, La Résolue perd une partie de sa mature. L’Amiral Nielly envoie sa chaloupe pour chercher de l’aide, malheureusement la yole s’échouera à la côte sur Bere Island et son équipage sera capturé par les anglais. La yole d’abord rangée dans une habitation sur l’ile, rejoint ensuite le musée de Bantry. Gêné par la météo, et toujours sans commandement, la flotte française décide de faire demi-tour vers Brest, sans attendre que la Royal Navy ne leur tomber dessus.

Le terrain de jeux de la célèbre Yole de Bantry

De 1796 à 1944 la yole de la frégate « La Résolue » patiente au musée de Bantry où tout le monde l’a oublié. En 1944 elle est offerte au Musée national d’Irlande. Ce n’est qu’en 1977 qu’on s’intéresse à nouveau à elle. Après une restauration, cette yole, qui est le plus ancien navire de la Marine Français, est exposée au musée maritime de Dublin. En 1982 les plans de la yole sont dressés par l’américain Lance Lee et le français Bernard Cadoret, directeur du Chasse-marée et membre de l’association Treizour.

Deux yoles de Bantry sont construites dans le cadre de l’Atlantique Challenge qui en 1986 réunit un équipage américain et un équipage français pour fêter les 100 ans de la statue de la Liberté. Depuis cette date l’Atlantique Challenge se déroule tous les deux ans dans différentes baies d’Europe ou d’Amérique du Nord. En 2014, treize équipages ont participé à ce rassemblement.

Yole_de_Bantry_AmitiéIl y a environ soixante-dix yoles de Bantry qui naviguent dans plus d’une quinzaine de pays dans le monde. La Yole de Bantry, construite en bois, mesure 11m60. Elle est gréée de trois voiles. On retrouvait ce type d’embarcation dans les marines de guerre françaises et britanniques du 18ème siècle.
L’équipage comprend 13 personnes, dont 10 rameurs. Le Dictionnaire de marine à voile de Paris et Bonnefoux, en 1847, indique que ce type de yole « est une construction légère propre à effectuer les sauvetages ou à servir pour les communications pressées ».
Aujourd’hui, quand Lord Jim quitte Brest pour rejoindre la Baie de Bantry, on choisit toujours une météo qui nous permet, une fois arrivé sur place, de débarquer sans risquer de perdre son annexe…

Nos prochaines croisières en Irlande :



Aucune croisière correspondant à ces critères n'est planifiée

Voir toutes les actualités des croisières en Irlande