embarquez à bord de Lord Jim pour une croisière en Irlande à la voile

Comme tous les ans, Lord Jim se prépare à partir naviguer vers l’Irlande. Cette destination croisière est très demandée et très appréciée. Rien d’étonnant, car naviguer en Irlande est vraiment hors du commun. Mais ce voyage à la voile demande un certain engagement, tant par la durée des navigations, que par les zones de navigation traversées. Voici un tour d’horizon de ces croisières à la voile vers les côtes irlandaises

Croisière à la voile en IrlandeQuand se déroulent les croisières à la voile de Lord Jim en Irlande ?

Croisière en Irlande à bord de Lord JimLes navigations vers l’Irlande sont programmées tous les ans au mois de juin, lorsque les jours sont les plus longs. A cette période, nous pouvons profiter des lumières et des couleurs qui s’accrochent aux nombreux reliefs côtiers. La lumière de printemps fait ressortir les couleurs de la végétation, les forêts de rhododendrons sur les îlots de Glen Gariff ou les landes couvertes d’ajoncs en fleur de Bear Island.

Combien de temps durent les croisières en Irlande ?

Une croisière en Irlande s’effectue sur une période de 12 jours. Cela permet, en plus des deux traversées à la voile au départ de Brest, d’avoir un bon temps sur place pour naviguer à la découverte des côtes irlandaises.Lord Jim au mouillage en Irlande
Pour monter en Irlande, il faut compter une cinquantaine d’heures depuis l’île d’Ouessant. Autant que possible, quand la météo le permet, nous poussons directement jusqu’à la baie de Dingle, au nord-ouest du Kerry. Cela nous permet d’avoir ensuite le temps de redescendre par sauts de puces, pour découvrir les différents sites, les profonds fjords et le dédale des îles côtières. Nous prévoyons environ 7 jours consacrés à la découverte, à la voile, de la côte Irlandaise. Pour la navigation de retour vers Brest, nous comptons une quarantaine d’heures de navigation depuis le sud de l’Irlande jusqu’à la pointe bretonne.

Pour monter en Irlande, faisons-nous escale aux Iles Scilly ?

La route entre Bretagne et IrlandeLes Scilly se situent à une vingtaine de miles nautiques de la route directe entre Bretagne et Irlande. L’archipel est à « mi-route » et en généralement nous organisons une escale au retour, éventuellement à l’aller en fonction de la météo. Cette escale aux Scilly peut être une escale d’attente d’une fenêtre météo pour traverser la Mer d’Irlande, ou une relâche pour laisser souffler un équipage qui a besoin d’un temps de repos. Dans tous les cas, cette escale aux Scilly est une escale pour le plaisir, car cet archipel est toujours un ravissement.

Quel est le fonctionnement des quarts à bord de Lord Jim ?

En Croisière hauturière, les quarts de barre et de veille s’organisent par bordées de deux équipiers, pour une durée de 2 heures, suivies de 4 heures hors quart. Ce rythme s’enchaine nuit et jour. Le rôle de l’équipe de quart est d’assurer la conduite du navire, c’est à dire de barrer au vent ou sur un cap compas. Mais la fonction la plus importante est la veille. La veille consiste à surveiller les navires sur la zone pour éviter tout abordage. Pour cela, il y a bien sur l’observation visuelle, le « tour d’horizon ». Mais la veille est également assurée à l’aide de l’AIS (Automatic Identification System). Le système AIS permet de récupérer par ondes VHF, des informations sur l’identité, le statut, la position et la route des navires que nous croisons dans notre zone de navigation. Ce signal émis par tous les navires professionnels s’affichent sur l’écran du PC du bord. Lord Jim est également équipé d’un radar. Par temps bouchée, « fog patches » comme disent les britanniques, quand on ne voit plus l’avant du voilier, le radar « devient » nos yeux…
Yann le skipper est hors quart, mais disponible à tout moment. Il doit être appelé, et réveillé au moindre doute. Étant amariné, c’est principalement lui qui s’occupe de faire les repas pendant ces temps de navigation. Quand vous êtes hors quart, c’est le moment de se reposer, de dormir, de lire, de rêver, de cuisiner si le cœur vous en dit, de jouer aux échecs, de potasser les cartes marines, les instructions nautiques et le manuel du parfait gabier… La navigation hauturière a cela de particulier, que l’on rentre dans un rythme hors du temps, laissant l’esprit libre comme le vent. Et puis s’est aussi un temps sans médias, ni téléphone, ni radio… un sevrage en quelque sorte !

Les escales durant notre croisière irlandaise

Un voyage à la voile, est rythmé par les escales. Ce peut être juste le temps de faire relâche, c’est à dire mouiller dans un abri pour laisser au courant le temps de s’inverser, au vent de basculer, à l’équipage de se reposer. Mais le plus souvent, c’est l’escale est l’occasion de découvrir le pays vu de la terre. A terre, pas de programme « organisé » à l’avance. Mais suivant les envies de chacun, on entame une petite ou plus longue rando à pieds. On flâne à la découverte d’une bourgade ou de la campagne irlandaise. Souvent l’on crapahute jusqu’au sommet d’une falaise pour prendre de la hauteur et découvrir un point de vue spectaculaire. La grimpette en vaut toujours la peine, on est rarement déçu !

L'Irish pub

Le mythique pub irlandais.

Escale dans un pub irlandaisLe pub, bien sûr ! Qui dit Irlande dit inévitablement Irish pub. On pourrait dire que chaque escale en Irlande à son pub. Après une bonne navigation ou après une bonne marche à pied, l’on atterrit toujours au pub pour partager une « pint ». L’ambiance y est inimitable, et très souvent une session de musique irlandaise s’y improvise.

 

Quelques escales et points de passages privilégiés d’une croisière en Irlande.

Impossible de tout citer bien sûr. Le port de pêche de Dingle du comté du Kerry, avec ses petites maisons aux façades colorées et son port de pêche animé, et le paysage sauvage de toute la baie. A l’extrémité de la Péninsule de Dingle, les îles Blasket où l’on peut envisager de débarquer si la météo le permet. Les îles Skellig au large de la péninsule d’Iveragh, les îles The Cow et Bull Rock, îlots rocheux très hauts, aux arches somptueuses, abritant phare, monastère et mégalithes…

La côte sud-ouest d’Irlande compte également de nombreuses baies profondes, genre fjords, comme la baie de Kenmar, de Bantry ou Dunmanus bay. Lord Jim connait bien le dédale de ces îles entre Baltimore et Crookhaven, le passage entre Dursey Island et le continent, en passant sous le téléphérique… Les havres que sont Bear Island, Glen Gariff… Les falaises hallucinantes le long des côtes du Kerry, Mizen Head, Sheep’s Head, Bolus Head… Bref, une croisière en Irlande ne suffira pas pour faire le tour de tous ces lieux. S’il en est un qui symbolise à lui tout seul les côtes d’Irlande c’est bien le Fastnet Rock. Le phare du Fastnet, un lieu mythique pour tout marin.  Le phare du Fastnet en Mer d'Irlande

Les charmes de la météo irlandaise

A l’image de ses habitants, la météo irlandaise a du caractère… On n’embarque pas pour une croisière à la voile en Irlande sans savoir que certains moments pourront être « physiques ». En effet, que ce soit en Manche, en Mer d’Irlande ou sur la zone ouest Irlande, la mer peut y être mauvaise. Il est rare que l’on fasse ce voyage sans se faire secouer à un moment ou un autre. Pour naviguer en Irlande, il faut parfois savoir attendre. Découvir l'Irlande à bord de Lord JimSavoir-faire relâche et laisser passer un coup de vent plutôt que de forcer le passage. De nos jours il y a vraiment très peu de risques d’être pris par surprise par un coup de vent. Les prévisions météorologiques actuelles nous permettent d’appréhender l’évolution de la situation météo et de tirer le meilleur parti de ce qui est possible de faire et de ce que l’équipage souhaite. Mais il arrive parfois que « ça ne le fasse pas ». Que la météo nous barre catégoriquement la route. Dans ces cas-là, il faut savoir adapter l’idée que l’on s’est fait de son voyage, pour profiter au mieux de ce temps de croisière. Il n’est pas impossible qu’un jour, sur une « croisière Irlande » nous nous retrouvions en croisière en Galice