Croisière à la voile vers la Galice au départ de Brest

Croisière à la voile en GaliceDu 7 au 16 juin 2016, Lord Jim a pris la mer pour une traversée du Golfe de Gascogne vers les côtes de la Galice. Habitué des navigations en Mer Celtique, Lord Jim part à la découverte de cette autre Cap Finisterre. L’occasion d’une magnifique navigation hauturière animée par de belles rencontres !

La Galice une nouveauté dans la programme des croisières de Lord Jim

L’heure a sonné pour Lord Jim de faire route au sud pour partir à la découverte de La Galice. La coque noire à liseré d’or devrait se fondre à merveille dans les paysages montagneux des rias Galiciennes !
L'équipage de Lord Jim pour la croisière en GaliceAvec les membres de l’équipage, Yvon, Henri, Philippe, Guillaume et Aurélien, nous nous dégourdissons les voiles entre les rochers de la Mer d’Iroise. Les Tas de Pois, l’Anse Arnot et l’île de Sein s’offrent rien que pour nous. Le bateau de liaisons l’Enez Sun étant en panne ce matin, l’île respire un calme absolu. Les cailloux fument encore sous le brouillard qui se dissipe. Il n’y a pas un souffle d’air. Les laminaires dansent au gré des renverses de la marée sur fond de sable vert. La journée est suspendue dans le temps et l’espace.

Lord Jim au port de l'Ile de Sein

Cap au sud pour une navigation hauturière vers la Galice

Après ses quelques bords en Iroise pour trouver ses marques, nous appareillons en soirée de l’Ile de Sein et profitons d’une légère brise pour sortir des chenaux : Passe Est, Raz de Sein, Phare du Chat. Le grand spi rouge est hissé et capte la moindre molécule d’air pour nous proposer une belle glissade plein sud, pour traverser le Golfe de Gascogne vers la Galice.Cap au sud vers La Galice

Sous spi dans le golfe de Gascogne accompagné par les dauphinsLa vie à bord prend doucement son rythme. Deux heures de quart pour quatre de repos. Barrer, veiller, bouquiner, dormir, faire à manger. Jour, nuit, jour, nuit…

Des petits bancs de dauphins viennent nous saluer, passant de tribord à bâbord, de la proue à la poupe. Nous croisons une baleine blanche, faisant paisiblement route plein nord. Quelques heures plus tard, 3 rorquals communs d’une trentaine de mètres font surface tout près du canot. Ils suivent une route parallèle, nous les accompagnons un bon moment, au rythme de leur souffle. Les trois mastodontes se découvrent peu à peu et laissent apparaître leur dorsal interminable. Impressionnant !

Rorqual Commun dans le Golfe de Gascogne

Un peu moins de 300 miles nautiques de traversée du Golfe de Gascogne

Moulliage dans les rias de GaliceAu terme d’une traversée de 52 heures nous mettons pied à terre au port de Ribadeo. Cette petite ville de caractère est logée à l’entrée d’une rivière marquant la limite entre les Asturies et la Galice. Nous déambulons dans les petites rues pentues, escortées par de belles architectures. Les rayons de soleil sur les maisons colorées contrastent avec le vert intense de l’arrière-plan. Au loin, les nuages noirs s’accrochent aux montagnes qui dominent la côte. Nous nous délectons de poissons et fruits de mer, arrosés à l’Albarina, le vin blanc local.

 

Au l’abri dans les mouillages des rias de Galice

La route se poursuit vers l’ouest. Mouillage solitaire en ria de Viveiro, escale au petit port de Barqueiro, ria de Carinio. Sous les caps, Lord Jim se fait discret devant les importants reliefs. Au mouillage, abrité par les forêts d’eucalyptus, nous débarquons pour découvrir les environs et explorer les grottes. Nous gouttons aux fromages galiciens, aux « embutijos » : jambons secs, chorizo, lomo et poulpe fondant, cuisiné à la galicienne.Lord Jim Croisières en Galice
Au cap Ortegal la météo se fait moins clémente. Toute la nuit, Lord Jim a fortement tiré sur son ancre sous l’effet des bourrasques. Nous devons oublier la Corogne à quarante milles de là. La perspective du louvoyage au près dans la houle atlantique nous pousse à faire cap vers l’Est. Une belle journée de navigation au portant nous emmène en ria de Figueras. Un moment de répit avant la navigation retour vers la Bretagne. Hasta luego Galicia ! Promis nous reviendrons l’année prochaine sillonner les côtes de la « Bretagne espagnole » comme les galiciens aiment à le rappeler.

Cap au Nord vers la Bretagne et pêche au thon à l’ancienne

Pêche au thon à la voile à bord de Lord JimSur la route du retour, après une nuit où nous essuyons un coup de vent d’ouest, la mer se fait plus douce, le vent se calme, c’est le moment opportun pour pêcher. Trois lignes sont gréées derrière Lord Jim façon thonier breton à la voile. Comme nos ancêtres de Camaret, Groix ou l’île d’Yeux, nous guettons des bancs de « Germon »; thon blanc à la chair grasse et tendre. Quelques navires de pêche espagnols croisés en mer continuent de faire vivre la tradition. Chez nous en Bretagne, la pêche au thon à la ligne a laissé sa place au chalut pélagique. Il est 10 heures ce matin, lorsqu’une belle bonite de 3 kg mord à l’hameçon… Quelques minutes plus tard, un thon Germon de belle taille décroche à quelques mètres du tableau arrière. Ce n’est que partie remise puisque deux autres germons de 5kg chacun mordent à la ligne. Il est temps de tout remballer, nous avons bien plus qu’il nous en faut ! Nous espérons arriver à temps pour pouvoir mettre ce poisson au frais.

Les côtes de Bretagne sont en vue, et l’équipage, quant à lui, a bien pris le rythme. On se voit bien continuer, et l’on parle déjà de faire route vers l’Irlande. Après tout on n’est à peine à trois jours de mer des côtes irlandaises… Mais cela sera une autre histoire !

Lien vers : album photos de la croisière en Galice