Croisière à la voile en Galice, navigation dans les Ria Altas de La Corogne à Ribadeo

Le phare d’Ar Men pointe le sommet de sa lanterne, flottant au-dessus d’une petite brume matinale. Une belle odeur de pain chaud sort de la cuisine de Lord Jim et arrive au nez de l’équipe de quart. Après une traversée du Golfe de Gascogne, nous atterrissons dans du coton à la pointe bretonne. Ce retour vers Brest signe la fin d’une navigation de 12 jours, après une croisière à la voile en Galice. Nous revenons des côtes galiciennes avec des images et des instants plein la tête et plein les yeux…

croisiere-galice-ria-ferrol

Chaque année dans son programme de navigation, Lord Jim propose une croisière à la voile en Galice, qui nous mène au départ de Brest, de l’autre côté du Golfe de Gascogne. Dans une précédente actualité nous vous avions présenté les côtes de la Galice de la frontière du Portugal à La Corogne.Les Rias Altas Nous vous invitons à poursuivre cette visite par la côte Nord, à la découverte des Rias Altas de la Corogne au port de Ribadeo. Cette croisière à la voile dans les Rias Altas est l’occasion de découvrir la multitude de baies ou de rias qui offrent autant d’abris naturels, de petits ports charmants et de paysages grandioses. Voici un avant-goût des escales qu’offrent cette côte des Rias Altas au nord de La Galice, et que vous découvrirez à l’occasion de votre prochaine croisière en Galice à bord de Lord Jim.

Partir à la découverte des Rias Altas au départ de La Corogne

tour d'herculeDans notre précédente présentation, nous avions achevé notre croisière dans le port de La Corogne. C’est là que nous allons reprendre la mer et quitter la ria de La Corogne pour partir dans l’Est. La ria de la Corogne, est la principale ria des Rias Altas, éclairée par son phare mythique, La Torre de Hercules, ou Tour d’Hercule. Depuis 2000 ans, la Tour d’Hercule construite par les romains, indique aux marins l’entrée du port de la Corogne. C’est le plus vieux phare au monde toujours encore en activité. Les RIA ALTAS comptent plusieurs rias : La Corogne, Ares et Betanzos, Ferrol, Cedeira, Ortigueira, Ribadeo… Ces vallées profondes situées sur la côte nord de la Galice offrent une incroyable succession de falaises, de plages, de ports et de villages de pêcheurs, le tout dans une atmosphère de légendes et de paysages magnifiques.

la Ria de Ferrol

Liée à l’histoire navale de l’Espagne du XVIIIe, la ria de Ferrol est le port militaire du nord de l’Espagne. Il reste aujourd’hui actif commercialement, mais la diminution de l’activité militaire, rend la ville quelque peu sinistre. On préfère faire relâche à l’embouchure de la ria, sous le château de San Felipe qui protégeait naguère l’embouchure.

Castelo_de_San_Filipe,_Brión,_Ferrol

La Ria de Cedeira

Plus petite que les autres Ria Altas, la ria de Cedeira est une escale bien pratique et de toute beauté. Située à 20 milles au nord-est de la Corogne, elle constitue une relâche ou un point d’appareillage parfait avant de retraverser le Golfe de Gascogne pour faire route vers la Bretagne en fin de croisière. L’eau y est cristalline, les couleurs passent du bleu profond au jaune en passant par toutes les nuances de vert.

 

Le port de Carinio dans la Ria d´Ortigueira

Nous mettons maintenant le cap sur Le port de Carinio situé à l’embouchure de la Ria d´Ortigueira. Cette navigation entre Cedeira et Carinio nous fait longer un littoral vraiment magnifique. La Sierra da Capelada qui domine la côte, abrite quelques-unes des falaises les plus hautes d’Europe.

La Ria d´Ortigueira se situe entre les deux pointes Cabo Ortegal et Estaca de Bares. Elle est plus ouverte que les autres Ria Altas. Le port de Carinio offre malgré tout un bon abri dans cette ria, mais il est possible aussi de s’aventurer en amont dans la zone naturelle protégée de la ria d’Ortigueira. Il faut faire attention à embouquer le chenal à marée haute car les fonds remonte à 0.5 mètres à marée basse. On évite également de naviguer à cet endroit par grosse houle de nord, car ça peut déferler. Mais une fois pénétré dans ce bras de rivière, l’abri est parfait, et le paysage fantastique. La côte est parsemée de plages et de criques vierges, avec une végétation luxuriante et des paysages sauvages dominés par la sierra da Capelada.

Escale dans la ria d’O Barqueiro

Un saut de puce d’une petite dizaine de milles nous amène à la petite ria d’O Barqueiro. Mais avant d’y arriver, il nous faut tout d’abord franchir la pointe “Estaca de Bares” qui nous domine de ses 350 mètres. On se sent bien petit sous les reliefs imposants de cette côte nord de la Galice. L’Estaca de Bares qui est le point le plus nord de la péninsule ibérique, marque également la limite entre l’océan Atlantique et la mer Cantabrique.

La ria d’O Barqueiro est peut-être la plus petite ria de Galice mais c’est surement l’une des plus belles. Au mouillage, l’ancre de Lord Jim touche le fond devant une petite plage de sable blanc, juste au nord du village de San Estéban de Valle, sous les belles ruines d’une très ancienne conserverie de sardines (par salaison).

Le lieu est paisible, idéal pour s’adonner à la baignade ou se balader en paddle. Un petit bord pour rejoindre l’étroite passe et le chenal qui nous mène au port del Barqueiro.Nous doublons une très vieille demeure avec son quai blanchi à la chaux qui a dû voir s’amarrer il y a longtemps, de nombreux navires caboteurs à voile. Nous mouillons sur fond de sable pour la nuit dans cet endroit super abrité.

Au matin, après s’être déhalé de 500 mètres en amont, nous nous amarrons au quai de pierre du tout petit port de pêche de Barqueiro où les nasses et filets sont entretenus à même le môle. De belles maisons anciennes entourent l’abri. Le petit café du port nous sert un “café con leche” du matin avant une balade sur les hauteurs , jusqu’au pont ferroviaire qui franchit la rivière un kilomètre en amont.

La Ria de Viveiro

Plus large que la précédente, elle offre une multitude de magnifiques plages plus ou moins protégées suivant les conditions. Nous aimons mettre l’ancre à l’abri de l’île Illote Gaveira, dans l’ouest de la ria. Bien à l’abri, ce mouillage sous les eucalyptus est parfaitement abrité. La balade à pied jusqu’au phare de Punta Socastro offre une vue exceptionnelle. Plus au fond de la ria, la ville de Viveiro offre elle-même un très bon abri, avec ses pontons en plein centre du village et de son centre historique.

La Ria de Ribadeo, la porte de la Galice

Une fois doublé le Phare de Punta Roncadoira, une trentaine de milles nautiques séparent La Ria de Viveiro de La Ria de Ribadeo. La Ria de Ribadeo est une ria profonde à l’entrée étroite, où l’on se trouve très vite à l’abri de la houle du large.

Cette ria fait frontière entre les Asturies et la Galice et constitue en quelque sorte sa “porte d’entrée”. On dit même qu’une clé en or, retrouvée au fond de la ria serait la clé de l’entrée de la Galice. Sur le plan d’eau intérieur, on croise de nombreuses voiles latines et des barques à cul pointu traditionnelles. Elles appareillent des trois petites villes qui bordent la ria. À l’Est : Figueras ou l’activité de construction navale est toujours très active, Castropol au sud, à la silhouette blanche sur le fond de vert des eucalyptus, et Ribadeo enfin sur la rive occidentale de la Ria. Ribadeo est un port d’atterrissage idéal. Nous apprécions le confort d’un amarrage sûr, le charme d’une bourgade chargée d’histoire et les bonnes douches bien méritées après une traversée du Golfe de Gascogne…

Les rues aux dalles de granit poli montent raide vers le centre, bordées de maisons colorées, aux toits couverts de très lourdes ardoises. On retrouve l’ambiance de fin de journée espagnole : tout le monde dans la rue à l’heure de “paseo”, les terrasses des bars grouillant de vie, les enfants jouant dans les rues. Ici, les fruits de mer sont à l’honneur tous les jours : les étales débordent de poulpes, de praires, de calamars. Les seules touristes que nous rencontrons sont des pèlerins du chemin de saint Jacques de Compostelle fêtant leur entrée en Galice après, pour certain 500 km de marche. Après l’apéro, nous nous régalons de poissons grillés dans un vieux resto au-dessus du port. Un régal, ça vaut le détour !

Une croisière à la voile ne suffira pas à faire le tour de tous les coins et recoins des côtes de la Galice. Comme pour la navigation en Bretagne, il y a toujours de nouveaux mouillages à découvrir. Prendre la mer avec Lord Jim Croisières au départ de Brest, pour mettre le cap au sud vers la Galice, c’est aussi goûter aux plaisirs de la croisière hauturière avec la traversée du Golfe de Gascogne. Après ces 12 jours de croisière en Galice à bord de Lord Jim, nous sommes certains qu’à votre tour, vous retrouverez le phare d’Ar Men ou le phare de la Vieille avec plein de souvenirs en tête.

Nos prochaines croisières en Galice:



Aucune croisière correspondant à ces critères n'est planifiée


Voir toutes nos actualités sur les croisières à la voile en Galice